Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BRELEVENEZ - LANNION

  • DIMANCHE DES RAMEAUX 5 Avril 2020

    Évangile de la procession d’entrée Mt 21, 1-11
    Messe : Is 50, 4-7 Psaume 21 Ph 2, 6-11 la Passion selon Mt 26, 14-27, 66


    Alternance d’ombre et de lumière dans le récit de la Passion du Christ…et dans notre vie aussi !


    Fil conducteur :

    Cette alternance d’ombre et de lumière de la passion du Christ, culmine, au niveau
    lumière, dans ce « triomphe » des rameaux et dans cette institution de l’eucharistie,
    relatés dans les textes de ce dimanche! L'ombre de la mort, au contraire va culminer à la croix!
    La convergence de ce faisceau d’événements vers le sacrifice salvateur du Christ n’a pu se faire et continuer encore aujourd’hui à jouer son rôle, que grâce à cette « mémoire » vivante, ce « mémorial », qu’est l’eucharistie, elle-même en relation étroite avec le « lavement des pieds ».


    Principaux points :

    1. Nous célébrons, avec les « rameaux » un jour de lumière, en nous associant à la foule enthousiaste qui acclame Jésus. Hélas, nous connaissons la suite et comment, de cette foule, le vendredi suivant, sortirons les cris « à mort, crucifie-le ! » ou le silence complice de la peur ! Avant de les accuser, avouons que cette alternance équivoque est bien celle de notre propre vie, avec ses mouvements vers Dieu, vers l’Amour… et ses reculs, ses volte-face et revirements décourageants.
    2. La cause en est la « faiblesse » de notre mémoire, l’oubli des bienfaits de Dieu, de ses grâces, de son amour manifesté dans cette « passion » de Jésus. Nous oublions aussi facilement d’ailleurs notre vocation baptismale, conjugale, ou consacrée… !
    3. C’est pour cela que Jésus a institué cet autre moment de lumière au cours de sa
      passion, ce mémorial qu'est l’eucharistie ! « Faites ceci en mémoire de moi » !
      Faites quoi ? Est-ce seulement revivre le moment chaleureux d’un repas entre amis ? Non ! l’eucharistie, c’est bien plus que cela : c’est joindre l’offrande de notre propre vie à l’offrande que Jésus fait de lui-même au Père.
    4. Cette offrande doit, de plus, être précédée, pour nous aussi, de l’équivalent d’un « lavement des pieds » représenté par un rite pénitentiel sincère, profond et non machinal !
    5. Notre union au Christ dans l’offrande nous permettra alors l’union à son corps dans la communion.
    6. Faute de louer Dieu lors des moments de lumière de notre vie, nous aurions du mal à traverser les moments de ténèbres comme cette terrible pandémie du covid19 !N’oublions pas les «rameaux », « la sainte Cène » et la « résurrection » dans notre vie de tous les jours Au contraire, l’eucharistie vécue dans les conditions précitées nous garantit contre les forces du Mal en toutes circonstances pour nous conduire à la lumière de la RÉSURRECTION !

     

    Michel ANDRE, diacre  jeannemichel.andre @gmail.com

    Blog   http://puzzlebondieu777.over-blog.com

  • PROPOSITION POUR HOMELIE 5ème Dim Carême A 29/03/20


    Ez 37, 12-14 Ps 129 Rm 8, 8-11 Jn 11, 1-45 ou brève

    LA RÉANIMATION DE LAZARE
    MÉFIANCE OU CONFIANCE EN DIEU ?


    SEULE LA CONFIANCE EN DIEU, EN SON AMOUR, NOUS
    PERMETTRONT DE TRAVERSER NOS ÉPREUVES!


    FIL CONDUCTEUR :
    En ce dimanche, nous sommes à ce moment crucial de l'histoire de l'humanité ou tout va se jouer, dans la réussite ou l'échec du SALUT, dont la réalisation est confiée à Jésus, qui le sait et va agir en conséquence. Dans quelques jours vont survenir la passion, la mort…puis la résurrection glorieuse de Jésus! Mais il faudra que chacun des "acteurs" de ces événements du Salut prenne position :
    - soit pour une confiance totale en Dieu, en son Amour et pour sa Gloire!
    - soit, malheureusement, pour une méfiance avec rejet de l'offre d'Amour de Dieu. Le moment d'un choix libre est arrivé!
    C'est en vue de tout cela que va se dérouler la "réanimation" de Lazare.


    Aujourd’hui, ce choix est d’actualité devant la pandémie qui atteint l’humanité !


    PRINCIPAUX POINTS :


    1. Malgré l'appel au secours des sœurs de Lazare, Jésus ne bouge pas pendant deux jours. A ses disciples interloqués par cette attitude, Jésus a une réponse qu'ils ne comprennent pas, mais qui, pourtant est claire
    quant au but final poursuivi, à savoir "la Gloire de Dieu… et la glorification du Fils"…de ce Fils qui va être rabaissé, quelques jours après…aux yeux de ses disciples fragilisés. La réanimation de Lazare devra les raffermir!

    2. Jésus est donc affronté au questionnement douloureux et pressant des sœurs de Lazare….et de tous ceux qui sont plongés, de nos jours et de tous les temps, dans la même situation de souffrance de la séparation par la mort, majorée par l'incompréhension de "l'attitude de Dieu"! Malgré toute l'affection des sœurs pour Jésus, c'est bien un reproche douloureux que lui adressent l'une et l'autre avec ce "pourquoi"?

    3. Pourquoi ? et :« si tu avais été là, mon frère….ne serait pas mort»! Pourquoi étais-tu absent (ta "messagerie" était-t-elle pleine, remplie d'appels de détresse?). Marthe déclare, cependant, dans la confiance: "je sais que maintenant encore, Dieu t’accordera tout ce que tu lui demanderas "! Mais que vas-tu lui demander ?
    Jésus semble lui donner la consolation « standard », celle qu’on déverse sur la souffrance de nos amis quand on ne sait plus trop quoi dire : « il ressuscitera un jour ! ». Renvoyer l’espoir à un avenir lointain, est-ce vraiment une consolation ? Non et telle n’est pas l’intention de Jésus puisqu’il se replace dans le présent :

    4. « Moi, je suis la résurrection et la vie (dés maintenant !)… crois tu cela?». Cette vie là, elle est déjà présente…et présence de Celui qui est résurrection et vie ! ….pour qui est dans la confiance de l’amour (qui est le premier pas de l’amour, sa condition indispensable) !

    5. Le « pourquoi » a trouvé sa réponse dans cette confiance qui vient de la source de l’amour, de la même source que l’amour conjugal, l’amour parental, l’amour filial. Cette source, c’est Dieu lui-même, qui est l’Amour même et qui est seule capable de nous apporter les moyens du bonheur, à nous aussi, dans notre vie concrète de tous les jours!

    6. C’est encore cet amour, quand il est bien présent, qui est capable de réaliser tous ces miracles quotidiens de la vie conjugale et familiale. Véritables miracles, avec réanimation quotidienne, effaçant concrètement toutes nos erreurs, nos insuffisances, nos faiblesses. Tout cela est un miracle permanent, du même ordre que celui que Jésus opère au tombeau de Lazare grâce à la confiance sans faille des sœurs de Lazare et, pour nous, chaque
    jour, grâce à la confiance de notre amour. Puissance de la confiance de l’amour, puisqu’elle a été capable de
    contrebalancer les « forces de mort » des critiques acerbes de ceux qui exprimaient leur « pourquoi ? » dans la méfiance :
    « Lui qui a ouvert les yeux de l’aveugle, ne pouvait-il pas empêcher Lazare de mourir » ?
    C’est la confiance de l’amour qui l’a emporté et qui l’emportera toujours. Oui, « rien, y compris la cruelle et si douloureuse séparation de la mort, ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est en Jésus
    Christ! ». « L’amour ne passera jamais » non plus que son« miracle »!


    Michel ANDRE, diacre jeannemichel.andre@gmail.com
    BLOG http://puzzlebondieu777.over-blog.com