Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BRELEVENEZ - LANNION - Page 4

  • PROPOSITIONS POUR HOMÉLIE 32ème Dimanche Ordinaire C 10 Nov 2019

    2 M 7, 1…14 Ps16 2 Th 2, 16 . 3, 5 Lc 20, 27-38

     

    REMISE A LEUR JUSTE PLACE, PAR JÉSUS, DE L'AMOUR ET DE

    LA SEXUALITÉ

     

    FIL CONDUCTEUR :

    Pour bien comprendre l’enjeu de cette attaque contre Jésus par les sadducéens, il faut préciser ce qu’étaient ces derniers. A l’époque de Jésus, dans le milieu juif, l’athéisme était inconcevable. Et pourtant, les sadducéens se comportaient comme s’ils étaient maîtres de leur propre vie, décidant de ce qui était Bien ou Mal, en dehors de toute intervention d’un pouvoir divin. Ils voulaient jouir de la vie à leur façon et sans avoir de compte à rendre sur leur comportement, en particulier sexuel, lors d’une résurrection future que, de ce fait, ils niaient. C’est pourquoi ils interpellent Jésus en se moquant de la résurrection des morts, à travers la ridicule histoire de la veuve aux 7 maris successifs !

     

    PRINCIPAUX POINTS :

    1. Jésus affirme la légitimité de la croyance en la résurrection. Mais surtout, il ramène ses adversaires sur le terrain de la principale question : Dans le Plan de Dieu, à quoi doit servir la sexualité dans l’espèce humaine ? Il explique très clairement :

    Notre sexualité, outre le rôle de propager l'espèce humaine comme chez les animaux, assume ce rôle, essentiel au Plan de Dieu, qu'est le progrès de l'homme et de la femme en Amour, afin de devenir capables, un jour, de vivre de la plénitude de l'Amour même de Dieu dans le Royaume. La sexualité humaine est donc un élément essentiel de notre apprentissage de l’Amour, mis à la disposition des humains tant qu'ils sont en ce monde.

    1. Par contre, parvenus au Royaume, après la résurrection des morts, dans la « création renouvelée », nous serons à la fois les mêmes et différents, comme Jésus après sa résurrection. Nous serons rendus au "top niveau" de l'Amour. Nous n’aurons alors plus besoin de ce moyen qu’est la sexualité!(Lc 20, 34-36)! En cela, nous ressemblerons alors aux anges qui, eux, étant purs esprits, n’ont jamais eu besoin de la sexualité comme moyen de grandir en Amour !

    2. C'est la fidélité de l'homme et de la femme à une sexualité vécue selon le Plan de Dieu, qui assure, durant notre vie, un progrès en Amour, aussi bien, d'ailleurs, dans le mariage que dans le célibat.La condition essentielle est en effet d'assumer sa sexualité conformément à L'Amour, en suivant les commandements du Christ en la matière.

    3. Le choix du célibat ou du mariage, lui, relève de l'appel personnel reçu de Dieu. Chacun, ensuite, assume l'état de vie que Dieu lui propose, dans la Liberté éclairée des enfants de Dieu.

    4. En matière d'Amour, il ne saurait y avoir contrainte! Il faut être libre pour aimer! Pour autant, chacun, dans le choix entre célibat et mariage doit se garder des pressions abusives et s'astreindre à un discernement personnel éclairé, en concordance avec le Plan personnel de Dieu sur lui. Il en va de même dans la vie concrète de marié ou de célibataire!

    5. La sexualité humaine est un moyen, non une fin en elle-même. Dans toutes ses modalités, elle doit servir l'Amour!Quant aux "règlements" en la matière, dont ceux invoqués par les sadducéens et réfutés par Jésus, ils ne doivent jamais prendre le pas sur l'Amour ni jamais se mettre en travers d'un réel appel de Dieu pour le choix d'un état de vie de célibat ou de mariage. Un règlement est l'adaptation d'une loi à une situation déterminée et possiblement évolutive. Il doit parfois être changé, par l'Autorité elle-même qui l'avait décidé. Faute de cela, l'Autorité en question pourrait bien tomber sous le coup de l'avertissement solennel fait par Gamaliel au Sanhédrin, d'avoir à se garder "d'entrer en guerre contre Dieu"! (Ac 5, 34-39).

    6. On peut donc se poser la question de l’opportunité ou non du maintien de l’exigence actuelle, dans le rite latin de notre Eglise catholique romaine (et non dans ses rites orientaux qui n’ont pas le même règlement), de l’exigence, dans tous les cas, du célibat pour les candidats au sacerdoce?

    Jésus, une fois de plus, nous invite à nous soumettre à l'appel personnel concernant notre état de vie (célibat ou mariage) qu'il désire pour chacun de nous.

    Il nous invite aussi à vivre cet état de vie, quel qu'il soit, comme une progression en Amour destinée à nous conduire au Bonheur du Royaume!

     

    Michel ANDRE, diacre jeannemichel.andre@gmail.com

     

    BLOG http://puzzlebondieu777. over-blog.com