Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BRELEVENEZ - LANNION - Page 4

  • Noël ! lundi 25 décembre

    bf0e33b7680d3ef8ff2712ff13a0bd2b.jpg

    Messe de la nuit

     

    Première lecture

    Is 9, 1-6

     

    Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; et sur les habitants du pays de l’ombre, une lumière a resplendi. Tu as prodigué la joie, tu as fait grandir l’allégresse : ils se réjouissent devant toi, comme on se réjouit de la moisson, comme on exulte au partage du butin. Car le joug qui pesait sur lui, la barre qui meurtrissait son épaule, le bâton du tyran, tu les as brisés comme au jour de Madiane. Et les bottes qui frappaient le sol, et les manteaux couverts de sang, les voilà tous brûlés : le feu les a dévorés. Oui, un enfant nous est né, un fils nous a été donné ! Sur son épaule est le signe du pouvoir ; son nom est proclamé : « Conseiller-merveilleux, Dieu-Fort, Père-à-jamais, Prince-de-la-Paix. » Et le pouvoir s’étendra, et la paix sera sans fin pour le trône de David et pour son règne qu’il établira, qu’il affermira sur le droit et la justice dès maintenant et pour toujours. Il fera cela, l’amour jaloux du Seigneur de l’univers !

     

    Psaume

    Ps 95 1-2a, 2b-3, 11-12a, 12b-13a, 13bc

     

    R/ Aujourd’hui, un Sauveur nous est né :

    c’est le Christ, le Seigneur.

     

    Chantez au Seigneur un chant nouveau,

    chantez au Seigneur, terre entière,

    chantez au Seigneur et bénissez son nom !

     

    De jour en jour, proclamez son salut,

    racontez à tous les peuples sa gloire,

    à toutes les nations ses merveilles !

     

    Joie au ciel ! Exulte la terre !

    Les masses de la mer mugissent,

    la campagne tout entière est en fête.

     

    Les arbres des forêts dansent de joie

    devant la face du Seigneur, car il vient,

    car il vient pour juger la terre.

     

    Il jugera le monde avec justice,

    et les peuples selon sa vérité !

     

    Deuxième lecture

    Tt 2, 11-14

     

    Bien-aimé, la grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes. Elle nous apprend à renoncer à l’impiété et aux convoitises de ce monde, et à vivre dans le temps présent de manière raisonnable, avec justice et piété, attendant que se réalise la bienheureuse espérance : la manifestation de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur, Jésus Christ. Car il s’est donné pour nous afin de nous racheter de toutes nos fautes, et de nous purifier pour faire de nous son peuple, un peuple ardent à faire le bien.

     

    Évangile selon Saint Luc

    Lc 2, 1-14

     

    En ces jours-là, parut un édit de l’empereur Auguste, ordonnant de recenser toute la terre – ce premier recensement eut lieu lorsque Quirinius était gouverneur de Syrie. Et tous allaient se faire recenser, chacun dans sa ville d’origine. Joseph, lui aussi, monta de Galilée, depuis la ville de Nazareth, vers la Judée, jusqu’à la ville de David appelée Bethléem. Il était en effet de la maison et de la lignée de David. Il venait se faire recenser avec Marie, qui lui avait été accordée en mariage et qui était enceinte. Or, pendant qu’ils étaient là, le temps où elle devait enfanter fut accompli. Et elle mit au monde son fils premier-né ; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune. Dans la même région, il y avait des bergers qui vivaient dehors et passaient la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux. L’ange du Seigneur se présenta devant eux, et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière. Ils furent saisis d’une grande crainte. Alors l’ange leur dit : « Ne craignez pas, car voici que je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple : Aujourd’hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur. Et voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. » Et soudain, il y eut avec l’ange une troupe céleste innombrable, qui louait Dieu en disant : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime. »

      

    Méditation

     

    C’est la nuit, mais la Lumière du monde vient par sa naissance illuminer la terre. Comment reconnaître dans ce nouveau-né couché dans la mangeoire, parce qu’« il n’y avait pas de place pour eux à l’auberge », le Dieu éternel, le Sauveur de l’humanité ? Adorons avec Marie et Joseph, notre Dieu qui se révèle. Réjouissons-nous avec les anges car le désir qu'a Dieu de sauver tous les hommes est en train de se réaliser. Contemplons-le avec les bergers accourus les premiers à l’annonce de cette « grande joie », la naissance du sauveur. N'hésitons pas à faire appel à notre imagination, comme le conseille saint Ignace de Loyola, pour entrer dans cette scène d'évangile, lui devenir contemporain. Il est là tout petit, frêle, incapable de rien, mais son cœur est plein d’amour, plus qu’aucun autre sur terre. Il est déjà pleinement Verbe de Dieu, celui qui nous révèle le Père. Réjouissons-nous de ce grand amour qui nous est manifesté, puis le cœur brûlant, allons annoncer aux hommes cet Evangile, cette nouvelle merveilleuse : un Sauveur nous est né ! Il s’est fait l’un de nous pour nous unir à sa vie ! Acceptons de le laisser naître en nous pour, par la suite, le suivre sur le chemin de divinisation qu'il nous ouvre. 
    Claire de l’Eprevier, consacrée de la communauté de l’Emmanuel

     

  • IDÉES  POUR  HOMÉLIE 4ème Dim  Avent B 24 Décembre 2017

     

    2S 7. 1…16  Ps 88  Rm 16, 25-27  Lc 1, 26-38                  

                                                                 

    Incarnation et Salut

                                                   

    FIL  CONDUCTEUR :

     L'Annonciation de l'incarnation du Christ est comme une charnière, dans l'histoire de l'humanité. Après l'attente du Salut voici sa réalisation par cette venue parmi nous du Christ Jésus, que nous allons célébrer à Noël. Mais cet événement du Salut n'a pu  s'insérer dans  le Projet de Bonheur de Dieu pour l'humanité que par une rencontre, entre la confiance de Dieu …et la confiance de l'homme. Et cette rencontre a eu son moment le plus fort lors de cette Annonciation où Marie, par son "oui" de confiance totale rachète la méfiance envers Dieu de nos premiers parents abusés par Satan. La confiance de Dieu, qui offre son Fils à l'humanité pour la ramener sur le chemin du Bonheur, est alors rejointe, lors de l'annonciation, par la confiance de l'homme quand  Marie, qui représente l'humanité, s'offre dans une confiance totale à l'Amour salvateur de Dieu. La volonté salvatrice de Dieu, qui est de toujours, et l'obéissance enfin retrouvée de l'humanité, sont désormais réunies pour réaliser ce miracle de l'incarnation du Fils, débouchant sur la joie de Noël et sur le Salut!

    Ces deux "confiances" (celle de Dieu et celle de l'humanité) sont comme les deux parties de ces ponts modernes qui s'élancent au dessus du vide pour se rejoindre et s'ajuster avec une précision merveilleuse…car elles sont faites pour cela! Cette rencontre entre les deux "confiances", calculée de toute éternité, est offerte par Dieu à toute l'humanité, mais aussi à chacun de nous, nommément, sous la forme d'une "annonciation" individuelle, qui n'est autre que notre vocation personnelle!

     

    PRINCIPAUX  POINTS :

    1. Tous concernés, nous, les humains, nous devons vivre, chacun, notre propre "annonciation" qui est tout simplement d'accueillir en nous la volonté de Dieu sur notre personne, telle qu'elle se manifeste spécifiquement et différemment à chacun. Cet accueil pourra concerner la révélation de notre vocation de vie personnelle, qui, comme pour Marie, requière notre assentiment, notre "oui", quelques soient les modalités de cette vocation. Cet accueil peut aussi concerner les évènements de notre vie, souvent imprévus, bouleversant parfois nos projets (comme pour Marie et Joseph).
    2. Cette irruption de Dieu dans notre vie, à travers notre "annonciation personnelle" s'accompagne d'émotions, sensations, sentiments et réactions, parfois intenses, qu'il nous faut reconnaître et non pas ignorer. Tout cela, en effet, nous renseigne sur notre relation réelle à Dieu : c'est la "minute de vérité", avec nécessité de choisir entre la confiance accordée à Dieu, ou le doute, sinon carrément la méfiance et la révolte!
    3. Contrairement à ce que prétend Satan, le choix de la confiance en Dieu n'est nullement démission de notre personnalité, de notre intelligence, de notre raison, mais "dépassement" de celle-ci par une autre réalité qui est la certitude, insufflée en notre esprit par l'Esprit Saint (Rm 8, 15-16), que Dieu est "Amour absolu" envers nous.

     

    Michel ANDRE, diacre jeannemichel.andre@gmail.com

                       BLOG   http://puzzlebondieu777.over-blog.com