Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BRELEVENEZ - LANNION - Page 3

  • VINGT DEUXIEME DIMANCHE ORD  A (3/9/2017)  -   IDEES  POUR  HOMELIE

    VINGT DEUXIEME DIMANCHE  A

     

    Mt 16, 21-27  Jr 20, 7-9  Rm 12, 1-2

    La véritable Foi exige une concordance entre le Plan de Dieu et notre plan personnel pour notre vie concrète.

    Fil conducteur : En s’expliquant clairement et sans ambiguïté sur le projet que Dieu a sur nous, à savoir notre bonheur dans le Bonheur même de Dieu et par l’Amour, Jésus dénonce l’obstacle que nous apportons parfois à cela par un projet personnel totalement opposé!

    Principaux points :

    • L’opposition inconciliable entre la vision de Pierre et celle de Jésus sur le moyen, pour nous et toute l’humanité, de parvenir au Bonheur, éclate, alors même que Jésus venait de confirmer publiquement la grâce de Foi dont venait de bénéficier gratuitement ce même Pierre.

    Ce dernier, traité par Jésus de « Tentateur » (autrement dit Satan!), a dû tomber de son haut! Comme nous, quand nous nous attribuons des mérites qui relèvent seulement de toutes les grâces de Dieu, telle que celle de la Foi.

    La tentation est alors grande, pour nous comme pour Pierre, de trancher, décider, juger d’après nos simples « convictions charnelles », déconnectées de la véritable « obéissance de la Foi" insufflée en notre esprit par l’Esprit Saint. Si nous succombons à cette tentation, alors, emprise, intolérance, contre témoignage…ne sont pas loin!

    C’est dire la nécessité de toujours confronter nos affirmations et prises de positions personnelles avec le bon sens, avec la tradition saine et éprouvée de la communauté

    ecclésiale. Ce qui n’empêche pas des échanges respectueux, des réflexions approfondies, des initiatives réfléchies, en ouverture au progrès…mais toujours dans l’amour!

    C’est ce que Jésus nous suggère dans la seconde partie de ce passage : le mode d’emploi pour marcher à sa suite, en renonçant à ne servir que nous-même, mais sans renoncer à la pleine identité que Dieu veut pour nous! En acceptant de porter nos épreuves (croix)…qui ne sont pas celles des autres ni, à plus forte raison celles subies par Jésus, mais celles que Dieu adapte à nos capacités! En acceptant, dans la confiance de l’amour, que Dieu dispose de notre vie pour l’orienter, comme il en décide, vers le véritable BONHEUR, comme le suggère Paul (Rm 12, 2) et en s’abandonnant à ce « feu dévorant…et bienfaisant » que Dieu a mis en nous, que vient de décrire Jérémie!

     

    CONCORDANCE  OU OPPOSITION  ENTRE LE  PLAN  DE  DIEU  ET  LE  NOTRE,  DANS  NOTRE  VIE  CONCRETE

     

    FIL CONDUCTEUR :

     En s’expliquant clairement et sans ambiguïté sur le projet que Dieu a sur nous, à savoir notre bonheur définitif dans le Bonheur même de Dieu et par l’Amour, Jésus dénonce l’obstacle que nous apportons parfois à cela par un projet personnel totalement opposé!

    PRINCIPAUX  POINTS :

    1. L’opposition s'avère inconciliable entre la vision de Pierre et celle de Jésus, sur le moyen, pour nous et toute l’humanité, de parvenir au Bonheur. Elle éclate, alors même que Jésus venait de confirmer publiquement la grâce de Foi dont venait de bénéficier gratuitement ce même Pierre en proclamant que Jésus était le Messie, Fils de Dieu!
    2. Pierre, traité alors, par Jésus, de « Tentateur » (autrement dit Satan!), a dû tomber de haut, comme nous quand nous nous attribuons des mérites qui relèvent seulement de toutes les grâces de Dieu, telle que celle de la Foi.

    La tentation est alors grande, pour nous, comme pour Pierre, d'imposer, de trancher, de  décider et juger d’après nos simples « convictions charnelles », déconnectées de la véritable « obéissance de la Foi». C'est alors notre esprit, obscurci par notre vanité et non l’Esprit Saint, qui commence à déterminer nos pensées et nos actes, en opposition à ce que Dieu nous recommande. Si nous succombons à cette tentation, alors, emprise, intolérance, contre témoignage, de notre part,…ne sont pas loin!

     

    1. C’est dire la nécessité de toujours confronter nos affirmations et prises de positions personnelles avec le bon sens, avec la tradition saine et éprouvée de la communauté ecclésiale et, pour tout dire, avec les exigences de l'AMOUR!

               Ce qui n’empêche pas d'avoir avec le prochain des échanges respectueux, des réflexions approfondies, des initiatives réfléchies, en ouverture au progrès…mais toujours dans l’Amour! C’est pourquoi Jésus nous suggère, dans la seconde partie de cet évangile, le mode d’emploi pour marcher à sa suite, en renonçant à ne servir que nous-même, tout en gardant notre pleine identité, celle que Dieu veut pour nous!

     

    1. Jésus nous demande de porter nos épreuves (croix)…qui ne sont pas celles des autres ni, à plus forte raison, celles subies par Jésus, mais qui sont celles que Dieu adapte à nos capacités!
    2. Jésus nous demande encore d'avoir CONFIANCE en son Amour pour le laisser disposer vraiment de notre vie afin de l’orienter, comme il en décidera, vers le véritable BONHEUR, comme le suggère Paul (Rm 12, 2)! Pour cela, Jérémie vient de nous décrire le « feu dévorant…et bienfaisant » que Dieu allume en ceux qui, acceptant d'abandonner leur propre projet, adoptent celui que Dieu a sur eux, pour les conduire au BONHEUR par l'AMOUR…à travers les épreuves qui leur seront mesurées!

             

    Michel  ANDRE, diacre  jeannemichel.andre@gmail.com

     

    BLOG  http://puzzlebondieu777.over-blog.com

     

     

                      

                                                         

              

                                        Jr 20, 7-9   Ps 62  Rm 12, 1-2  Mt 16, 21-2

  • PROPOSITIONS  POUR  HOMELIE  21ème DIM ORD  A 27 août 2017

     

    Mt 16, 13-20 avec Is 22, 19-23 et Rm 11, 33-36

      Jésus reconnu Messie et Fils du Dieu Vivant par Pierre

     

    Fil conducteur :

    Le Christ Jésus a formé ses disciples pour les envoyer proclamer la Bonne Nouvelle du Salut jusqu'à l'extrémité des âges et de la terre (Mc 16, 15). Or, l'essentiel de cette Bonne Nouvelle est cette affirmation incroyable que Dieu, le Père, aime l'humanité au point de lui avoir envoyé son Fils, le Christ pour la ramener, par le sacrifice de Jésus, sur le chemin  de l'Amour et du Bonheur définitif, en plénitude!

    Pour cela, il fallait, bien entendu, que ce Sauveur de l'humanité, le Christ Jésus, soit à la fois pleinement Dieu, détenteur du pouvoir de pardonner totalement…et pleinement homme pour porter la solidarité complète de toute cette humanité!

    Principaux points :

    1.      Connaître la véritable identité de Jésus, vrai Dieu et vrai homme est donc indispensable pour tout disciple du Christ, pour tout chrétien. Ce qualificatif de chrétien ne saurait donc se contenter de voir le Christ Jésus comme un simple héros ou comme une sorte de surhomme dans le domaine de ses relations avec les autres!

    1. C'est de cette foi en Christ, vrai homme et vrai Dieu, dont témoignent jusqu'au sang les martyres.Jésus a donc voulu donner la primeur de cette révélation de son identité à ses disciples, qui auraient à  la porter jusqu'au bout du monde!
    2. Mais en même temps, il fallait distinguer, de cette merveilleuse révélation concernant le Christ, toutes les vagues croyances que se fabriquent les hommes. En effet, ces dernières ne sont que simples convictions issues de raisonnements trop souvent faussés par le parti pris des intéressés. C'est pourquoi Jésus a commencé par une sorte de "sondage d'opinion" concernant son identité.

    A partir de ce sondage, il montre bien l'incapacité de toutes ces "croyances" à nous amener à la Vérité toute entière et le danger qu'elles offrent de dresser les hommes les uns contre les autres. C'est d'ailleurs de là que certains, confondant erreur et vérité, jugent qu'aucune religion n'est fiable et se permettent de traiter de la même façon le bon grain et l'ivraie!

    1. C'est alors que Jésus va nous éclairer sur la différence entre la simple croyance et

                la FOI. La Foi est grâce de Dieu touchant un esprit humain réceptif, c’est-à-dire

                faisant confiance à Dieu qui le visite. Ce n’est donc nullement le seul résultat d’une

                réflexion, d’un raisonnement. Et Jésus ajoute : « Heureux es-tu, Simon, fils de Jonas,

                car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est

                aux cieux ». Cela ne sort pas de l'intelligence du cerveau de Pierre, mais de son esprit

               (immatériel) auquel l’Esprit de Dieu a soufflé cette Vérité qui dépasse la simple

                raison, comme nous l’explique Paul dans la lettre aux romains (Rm 8, 15-17).

     

     

    1. Cette Vérité est certitude emplissant le cœur de l’homme, le plus profond de

         l’homme…c’est-à-dire son esprit. C’est ce qui est littéralement « tombé » sur Pierre

      …malgré toute son ignorance, malgré toutes les limites de son « intelligence » telle que

          l’entend le « monde » ( ce qui doit nous consoler de toutes nos limites en ce domaine

          et nous encourager dans l’espérance de cette grâce de la Foi venant de Dieu!

    1. C’est du même ordre que la certitude de l’existence qui permet à tout homme d’affirmer « je suis » (comme l’a initialement déclaré Dieu au « buisson ardent ») et qui fait de lui un être distinct des « animaux supérieurs ».
    2. Bénéficier de cette grâce de la Foi ne dispense nullement de se servir de son intelligence pour déterminer les implications concrètes que la Foi entraîne pour nous dans notre comportement, si nous voulons suivre Jésus (et donc « passer par où il est passé ») (1Jn 2, 3)
    3. Tout cela doit nous faire réfléchir ! D’abord, pour moi, qui est vraiment Jésus ? Suis-je dans une vague croyance par rapport à son humanité et sa divinité ? Si c’est le cas, et malgré de courageuses prises de position de « croyant », comme Pierre, je ferai sans doute de temps en temps des « remontrances » à Jésus quand ce qu’il me demande va à l’encontre de mon plan à moi !
    4. Ou bien ai-je ouvert mon cœur à la Foi véritable, celle qui met la concordance, dans ma vie concrète, entre le Plan de Dieu, auquel je fais confiance et le mien, dans lequel je pense peut-être que c’est moi qui peut décider du Bien et du Mal et agir en conséquence!

     

     

    Michel  ANDRE diacre       jeanemichel.andre@gmail.com

     

                               BLOG     http://puzzlebondieu777.over-blog.com