Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BRELEVENEZ - LANNION - Page 3

  • Bloavezh mat !

     

    voeux2019.jpg

  • DIMANCHE  SAINTE  FAMILLE  30 décembre 2018

     

     

    1S1, 20-22.24-28  1Jn 3, 1-2.21-24  Lc2, 41-52

     

    Fil Conducteur : Nous fêtons la Sainte Famille car elle est modèle de toute véritable famille : homme, femme et enfant(s). Deux individus de même sexe ne peuvent fonder une famille, car leur union comporte un manque essentiel : l’enfant. Et cela malgré le recours aux artifices anti écologiques de laboratoire ou au nouvel esclavage de femmes amenées à prêter leur utérus et abandonner ensuite l’enfant qu’elles auront porté ! Le couple humain homme/ femme, fondateur de toute véritable famille, est voulu par Dieu non seulement pour contribuer à la création, par son rôle de procréateur, mais pour faire progresser ses membres en Amour! En même temps, chaque famille a son rôle spécifique. Celui de la Sainte Famille, irremplaçable, était de nous "donner" pleinement le Christ. Ce n'est pas ce rôle exact que nos familles ont à remplir, mais c'est surtout le modèle de la croissance en Amour que nous avons à imiter, avec les moyens offerts à tous les couples, naturels et surnaturels.

     

    Principaux points :

    1. Pour répondre à ce que Dieu attend d'elles, les familles disposent de moyens "naturels".

    Ainsi la sexualité. Dans la différence homme/femme du couple, il y a l’attirance, le plaisir de la rencontre. Certes, la différence peut créer des tensions. Mais la résolution de ces tensions elles-mêmes, dans l’amour, est occasion de faire grandir celui-ci. Si, par contre, au lieu d’amour réel, il n’y avait qu’attirance et désir de possession de l’autre, ce ne serait qu’une « exploitation » déplorable, aboutissant à l’éclatement ou au naufrage du couple.

    1. On voit bien que ce moyen de la sexualité, inventé par Dieu pour la progression du couple humain dans l’amour est ambigu. Il ne remplit son rôle que si l’homme et la femme s’engagent réellement à choisir l’Amour dans le concret de toute leur vie de couple. Cet engagement n’est autre que celui que l’Eglise demande, dans le sacrement de mariage, à ceux qui veulent construire un Amour dans la durée et la fidélité.
    2. Penser que l’on est capable de se débrouiller seuls, par les prouesses de notre sexualité, sans le secours de Dieu et de son Amour, conduit à l’échec.
    3. C’est pour cela que Dieu a aussi prévu des moyens "surnaturels" pour la réalisation de la vocation familiale. Ainsi, l'aide permanente que constitue, pour le couple fondateur de la famille, l'engagement pris, dans le sacrement de mariage, à s'aimer véritablement, dans la durée et à travers les aléas de l'existence. Du fait de cet engagement contracté librement et en connaissance de cause, le couple, et donc la famille, entrent alors "en alliance" avec Dieu, comme Abraham. Et donc, comme pour ce dernier, la promesse de réalisation du plan d'Amour de Dieu sur eux leur est acquise.
    4. C'est dire, aussi, que, comme pour Abraham, le couple et la famille auront à affronter bien des épreuves !

    Mais, comme nous dit Paul, la certitude, apportée par la Foi, de la fidélité de Dieu à sa promesse de secours, réalise ce qu'il faut bien appeler le miracle de la fidélité et son fruit, le bonheur dans l'amour!Par contre, le refus, par le couple, de tout engagement, si répandu de nos jours, (dans une revendication de "liberté" qui n'est que licence), revient à se priver de cette aide de Dieu : le couple croit naïvement qu'il est assez fort pour s'en passer, du fait de l'intensité de son "amour humain"!

    1. En ce qui concerne la vocation spécifique de chaque famille, elle lui est, bien entendu, particulière. Ainsi, je n'ai pas à suivre en tout l'exemple de la Sainte Famille de Nazareth. Elle doit être pour moi, mon couple, ma famille un modèle à imiter sur certains points : le respect mutuel, le respect de Dieu, l'obéissance, la tolérance, le travail, l'amour etc…mais pas sur d'autres points (tel que l'intimité conjugale où j'ai des obligations différentes de celles qu'on prête à Saint- Joseph!).

    Je ne dois donc pas prétendre imiter en tout la Sainte Famille et "faire la bête en voulant faire l'ange", comme disait Pascal. Par contre, j'ai certainement besoin de son intercession pour conduire ma propre famille vers le Royaume.

     

    Michel ANDRE, diacre

    Jeannemichel.andre@gmail.com

     

    BLOG  http://puzzlebondieu777.over-blog.com