Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BRELEVENEZ - LANNION - Page 5

  • TRENTE ET UNIEME DIMANCHE ORDINAIRE B 31 octobre 2021

     

                          Dt 6, 2-6 Ps 17  Hb 7 ,23-28 Mc 12,28-34

     

             LE PREMIER DE TOUS LES COMMANDEMENTS.:.

     

     

    FIL CONDUCTEUR

    Du dialogue entre le scribe et Jésus, ressort à l'évidence que I'AMOUR est le premier des commandements qu'il nous faut suivre pour parvenir au Bonheur du Royaume de Dieu. Jésus nous en démontre la logique et nous précise qu'il en résulte une hiérarchie des bénéficiaires de cet Amour que nous devons porter, d’abord à Dieu, puis à nous-mêmes et enfin à tous ces « autres » que sont nos « prochains », puisqu'il nous faut les aimer « comme nous nous aimons nous-mêmes ».

    En fait, la Loi de Moïse contenait déjà tout cela...en théorie.

    Mais le scribe, qui le sait, apporte la précision indispensable  quant au « comment » il nous faut manifester notre Amour !:

     

    PRINCIPAUX POINTS:

    1. L'Amour étant le principal, il est évident que Dieu, qui est la Source de tout amour, doit en être le premier bénéficiaire en retour. Sans source, le lit de la rivière reste sec. Sans Dieu, pas d'Amour véritable possible pour nous, mais seulement « des amours » factices, incapables de rassasier les << êtres d'Amour » que nous sommes, créés à l’image de Dieu !

    Par ailleurs, si nous ne nous aimons pas nous-mêmes, il est évident que nous n'aimerons pas, non plus le prochain. Si notre « sentiment d’infériorité » nous déprécie nous-mêmes, il nous rendra encore plus sévère pour notre prochain ! Jésus, Lui, nous a révélé que nous étions chacun, « merveille » pour Dieu ! Et cela malgré toutes les faiblesses de notre « nature humaine » ! Ce regard émerveillé de Dieu, vis-à-vis de nos capacités d’Amour, il se porte à la fois sur chacun de nous et sur tous les humains, ses enfants !

    ! 2. Le scribe a compris  comment aimer Dieu et c'est cela la clef du  Royaume. Ce n'est pas de dire << Seigneur, Seigneur..... )) ou de réciter machinalement ce qui risque alors de n'être que des formules. Cela, tout le monde le sait et peut le faire sans aucun effort ! Dieu ne veut pas I'adoration de perroquets, mais celle d'hommes et de femmes ayant compris que le véritable sacrifice  que Dieu nous demande, c'est de prouver notre amour pour Lui par notre amour concret envers notre prochain !

    1. Jésus confirme au scribe que son approche de l'Amour est la bonne car il a aussi compris l’importance de cet Amour qui nous est demandé envers notre prochain. Or, c'est dans ce domaine que nous devons être attentifs à pratiquer les deux manifestations inséparables de ce véritable Amour que sont :

    -Donner au prochain tout ce que nous pouvons en vue de son vrai Bonheur, même au prix de sacrifices consentis!

     

    . Et accepter une dépendance d'amour vis-à-vis de ce prochain, en vue de notre propre Bonheur. Cela rnême s'il doit en résulter pour nous une souffrance, si le prochain vient à refuser parfois de nous donner en retour, cet amour que nous lui demandons !

    Le Seigneur Jésus nous a montré concrètement cette dépendance d’Amour qu’il a acceptée, envers l’humanité, prix de notre Salut !

    4).Le scribe a compris à quel point Dieu est véritable Père, aimant tous ses enfants qu’il invite à s’aimer, de ce fait, les uns les autres ! C’est pourquoi nous devons prendre le temps et les moyens de connaître nos « frères en humanité », non dans un a priori de méfiance, mais dans une démarche de fraternité concrète. Ainsi, le monde autour de nous pourra dire : « voyez comme ils s’aiment » en parlant des chrétiens !

    5).Au verset 34 de cet évangile, Marc déclare que « nul n’osait plus interroger Jésus » ! Certes, les détracteurs de Jésus se tenaient désormais sur leur garde ! Mais soyons comme ce scribe, heureux de pouvoir découvrir ce que nous enseigne Jésus au travers de sa Parole !

     

    Michel  ANDRE, diacre      jeannemichel.andre@gmail.com

    BLOG   http://puzzlebondieu 777. Over-blog.com

  •   TRENTIEME DIMANCHE ORDINAIRE B (24 Octobre 2021)

     

              Mc 10, 46b-52 avec Jr 31, 7-9 Ps 125 He 5, 1-6

    La guérison « globale » de Bartimée, celle que Jésus nous propose à tous !

     

    Fil conducteur :

    C'est en effet le modèle de la guérison que Jésus veut opérer pour chacun de nous, une guérison « globale ». Elle commence par notre entrée dans la "confiance de l'Amour" et débouche sur un changement libérateur et concret pour notre vie!

     

    Principaux points :

    1) Le passage de Jésus à Jéricho, sur le chemin de Jérusalem, est entièrement consacré, par Marc, à Bartimée : Jésus entre et sort de Jéricho comme s’il n’y était venu que pour rencontrer et guérir cet aveugle, tant ce modèle de guérison est important. Marc fait même l’impasse sur la rencontre de Jésus par Zachée que Matthieu, lui, nous rapporte.

    Quelle différence entre l’attitude de cette foule qui ne porte aucune attention à la détresse de cet aveugle, ce Bartimée qui la gêne avec ses cris de détresse…et l'attitude de Jésus qui, lui, perçoit tout de suite le signal qui lui est lancé…comme s’il l’attendait ! C’est là pour nous une incitation à capter tout signal de détresse de notre prochain ! Mais combien il est difficile pour nous de tenir le juste milieu entre l’attention à ceux qui souffrent et «l ’efficacité », dans le concret de notre vie ! Avec quelle facilité, nous aussi, nous pouvons passer de l’indifférence à cette compassion hypocrite par laquelle se « rattrapent » ceux qui réprimandent l’aveugle et le poussent ensuite en avant !

     

    2) Nous percevons l’intensité de la relation qui lie déjà Bartimée à Jésus, par la façon dont il s’adresse à lui. Il l’appelle « Jésus », ce qui signifie « Dieu sauve » et « fils de David », terme qui désigne sans conteste le Messie.

    Bien que n’ayant encore jamais vu Jésus, Bartimée a tout compris car, si ses yeux étaient fermés à la vue, son coeur, lui, attendait, non seulement de voir, mais de pouvoir suivre ce Jésus dont il avait entendu parler. Il n’a pas seulement cru en la capacité de Jésus de lui rendre la vue, mais il a manifesté sa Foi, par la confiance absolue qu’il a mise en lui, confiance caractéristique d’un amour véritable. C’est cette foi que Jésus reconnaît à Bartimée en lui disant « Va, ta foi t’a sauvé », en lui ouvrant non seulement les yeux, mais la possibilité de devenir pleinement disciple !

     

    En effet, une guérison ne sera complète que si, après restitution de ses capacités physiques et autres, la personne bénéficiaire oriente à plein sa vie vers l’amour.

    Dés lors, suivre Jésus, devenir son disciple, est la conséquence normale que Bartimée va réaliser dés qu’il recouvre la vue. Remarquons, une fois de plus avec quelle promptitude Jésus exauce une demande allant dans le sens de ce que Dieu désire pour notre Bien !

     

    3) Cette conversion est-t-elle notre cas également, pour nous, qui souvent bénéficions d’une multitude d’améliorations concernant notre état physique, affectif, spirituel, sans même nous en apercevoir et en remercier vraiment Dieu !

     Pour parler de « guérison globale », il faut qu'intervienne, pour nous aussi, ce changement radical dans notre vie, qu’est l’ouverture à l’amour envers Dieu et le prochain.

     

    NB Dans le passage du chapitre 5 de la lettre aux hébreux, aux versets 2 et 3, certaines traductions sont ambigües et laisseraient entendre que le Christ, en tant que grand prêtre, devrait offrir des sacrifices pour « ses propres péchés comme pour ceux du peuple » !

    Non, il faut préciser que si, dans son humanité, Jésus était affronté à des faiblesses, c’est pour cela qu’il devait comme « grand prêtre »,offrir des sacrifices à la fois pour toutes les faiblesses humaines, dont celles qu’il devait affronter, mais surtout pour  celles qui, chez tout le peuple, entraînent les hommes au péché ! Ailleurs, dans la lettre aux hébreux au chapitre 4, verset 15, il est affirmé que le Christ a toutes les caractéristiques humaines, à l’exception du péché : « …il a été éprouvé en tous points à notre ressemblance, mais sans pécher » !

     

    Michel  ANDRE, diacre    jeannemichel.andre@gmail.com

     

    BLOG  http://puzzlebondieu777.over-blog.com