Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BRELEVENEZ - LANNION - Page 5

  • PROPOSITIONS POUR HOMELIE 31ème DIMANCHE ORD C 30 X 2016


    Sg11, 23-26 . 12, 2 Ps 144 2 Th, 1, 11-12. 2, 1-2 Lc 19, 1-10

    NOUS LAISSONS-NOUS RENCONTRER PAR JESUS ?


    FIL CONDUCTEUR :

    Chaque eucharistie dominicale est, pour nous une invitation à rencontrer le Christ! Mais aujourd'hui, c'est spécial, car justement l'évangile qui nous est proposé est celui de la rencontre de Zachée avec Jésus. Nous sommes invités à vivre notre rencontre de ce dimanche avec lui à la manière de Zachée : une véritable renaissance libératrice!

    PRINCIPAUX POINTS :


    1. Logiquement, Zachée aurait pu faire comme les gens de Jéricho : chercher simplement à voir celui qui paraissait un prophète puissant, une "curiosité à ne pas manquer"! Pourquoi, d’ailleurs, se déranger quand, comme Zachée, on a tout ce qu'on peut souhaiter: il est comblé, riche, malin et influent, puissant! Mais il y a un problème qui le tracasse : il se sait haï par beaucoup et surement à juste titre, car il a construit sa fortune par des moyens d'une honnêteté douteuse…comme la plupart de ces "profiteurs" de publicains dont il est le chef! Or, comme tout homme, il a besoin d'être aimé et d'aimer et il se demande si, dans sa vie, il n’a pas raté le plus important : l'amour!


    2. Il le sais, mais il est un homme partagé, désireux de changer mais n'ayant pas le courage de larguer tous ces avantages qu'il a accumulés et dont il craint de devoir se passer s'il se convertit. A la fois, il désirait rencontrer Jésus pour trouver le vrai bonheur et il craignait d'avoir à changer de vie car il "n'était pas prêt", comme disent beaucoup de personnes hésitant à se convertir! D’où cette sorte de « discrétion » caractérisant ces personnes désireuses de trouver dans l’Eglise un certain réconfort, mais qui refusent tout « engagement » !


    3. Pour ne pas se dévoiler devant tout le monde (et pas seulement parce qu'il était petit), Zachée monte sur un arbre et se camoufle dans le feuillage autant qu'il peut. Ainsi, il pourra voir sans être vu. Comme nous qui aimons bien fouiller la vie des autres (et pas toujours avec une bonne intention), mais qui ne laissons pas voir ce qu'il y a dans notre cœur, dans notre vie réelle!


    4. Il ne sait pas encore, comme beaucoup d'hommes et de femmes que c'est Jésus qui veut nous rencontrer, beaucoup plus que nous ne désirons nous-mêmes cette rencontre.


    5. Mais puisque Zachée a au cœur, ce désir intense d'amour que Dieu met en tout homme, il va se laisser regarder par Jésus qui, à la surprise de tous, s'adresse à lui avec une attitude pleine d’amour. Le miracle qui s'accomplit alors, c'est que Zachée va instantanément redevenir lui-même, ce qu'il est au plus profond de son être: un vrai fils d'Israël, un véritable enfant de Dieu!


    6. C'est ce même regard de Jésus qu'il va nous falloir accueillir, nous aussi, pour nous laisser transformer de fond en comble, pour notre joie et notre bonheur. Certes nous allons regarder Jésus tout à l'heure, lors de cette eucharistie et l'adorer…mais nous allons surtout nous livrer entièrement à son regard à lui sur nous, sans nous défiler! Ce sera pour nous aussi le miracle! Alors nous ne craindrons plus le regard des autres sur nous, rassasiés que nous serons et rassurés par le regard de Jésus. Nous accepterons alors de nous laisser connaître en vérité, dans une vie renouvelée par l'amour du Christ.


    7. Et en retournant chez nous tout à l'heure, nous dirons à notre prochain : conjoint surtout, mais peut-être aussi enfant ou parent, comme Zachée devant Jésus : "voila, je te donne maintenant et désormais cette moitié de moi-même que j'avais gardée pour moi, la moitié de mon bien, de ce que j'ai de plus précieux et de plus profond dans mon cœur et que j'aurais dû partager avec toi et que j'ai gardée secrète. Et si mes silences, mon absence de vrai dialogue t'ont fait du mal, je veux te rendre en bonté, en amour, quatre fois plus, en me laissant connaître par toi dans un amour véritable. Ce sera le signe que j'ai vraiment rencontré Jésus à la messe et me suis laissé regarder jusqu’au plus profond de moi-même!

    Michel ANDRE, diacre jeannemichel.andre@gmail.com

    Blog http://puzzlebondieu777. over-blog.com

  •  PROPOSITIONS  pour  Homélie 30ème Dimanche Ord C   27 octobre 2019

                                     

                    Si 35, 12…18  Ps 33  2 Tm 4, 6…18  Lc 18, 9-14

    LE  PHARISIEN  ET  LE  PUBLICAIN

    Le danger mortel de la comparaison!

          

     

    FIL  CONDUCTEUR :

     Comment deux prières, ont-elles pu diverger dans leur résultat,

     au point d'aboutir l'une à la justification et l'autre à la

     condamnation de leur auteur?

    Tout dépend, en fait, de la  « position de vie » de celui qui prie, c’est à dire de la relation véritable qu’il a envers Dieu, envers les autres et envers lui-même ! S’il est dans une vision juste, il comprendra alors quelle merveille il est au regard de Dieu, par Dieu et pour Dieu, en dépit même de toutes les faiblesses qu’il a, par ailleurs et qu’il reconnait. Sa prière sera alors dans l'humilité. Par contre, s’il est dans l’illusion sur lui-même et sur les autres, il ne pourra pas être en vérité avec Dieu. Sa prière sera faussée.

     

     PRINCIPAUX  POINTS :

    1. D'emblée, l'attitude du pharisien, se plaçant devant, droit debout, évoque une relation à Dieu pour le moins ambiguë! On pourrait, cependant, approuver qu'ils ne soit pas près de la sortie, comme certains fidèles qui, à la messe, laissent quelques bonnes rangées de distance entre eux et l'autel, au point d'en gêner le prêtre qui célèbre devant…le vide!
    2. Mais la première phrase du pharisien commence de la bonne façon, par la louange et l'action de grâce: "Mon Dieu, je te rends grâce"…! Là, le pharisien se démarque de toutes ces prières qui commencent sans que leur auteur marque sa juste place de créature par rapport à son Dieu, le Tout Puissant. Parfois, nous sommes tellement pressés de "demander", dans notre prière, que nous oublions de nous mettre à la "juste place" qui convient, dans la louange et gratitude !
    3. Malheureusement, c'est ensuite que tout dérape, car le pharisien révèle sa « position de vie » faussée par une attitude de comparaison méprisante avec "les autres hommes".
    4. Il est dans l'illusion de ce qu'il est vraiment! Certes il se voit "merveille"au regard que Dieu. Mais là où il se trompe, c'est quand il croit qu'il est merveille par lui-même, de lui-même, par ses propres mérites et non par l'Amour miséricordieux de son Créateur!
    5. Le pharisien fait étalage de ses propres mérites (ou de ce qu'il croit tel!) Et pour mieux faire ressortir ce qu’il pense être ses propres mérites, il se permet de dénoncer les insuffisances qu’il voit chez les autres, leurs dérapages, erreurs et péchés, en les jugeant sévèrement! Son regard est complètement faussé sur lui-même, sur les autres et sur Dieu !

    Reconnaissons que ce défaut de la comparaison, qui mène automatiquement à juger et condamner notre prochain, se glisse habilement et souvent à notre insu, dans les conversations banales que nous tenons avec les autres autour de nous! Il a aussi son reflet dans les médias auxquels nous accordons trop facilement crédit !

    1. Suivons plutôt l'humilité du publicain qui a su se tenir à sa juste place, dans la vérité de ce qu'il est : Merveille au regard de Dieu, mais aussi, faible et pécheur. Il sait que le pardon de Dieu a le pouvoir de le réhabiliter, de le rendre encore plus merveilleux, par  grâce et non par mérite de sa part. Bénéficiant  de l'Amour miséricordieux de son Dieu, il entre alors dans la douloureuse joie du repentir qui le ramène à sa juste et véritable place parmi tous les enfants bien aimés de Dieu, justifiés par le Salut apporté à tous par Jésus!

     

     

    Michel  ANDRE, diacre 

     

    jeannemichel.andre@gmail.com

    BLOG  http://puzzlebondieu777.over-blog.com