Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BRELEVENEZ - LANNION - Page 5

  • PROPOSITIONS  POUR  HOMÉLIE  24ème DIMANCHE  C  15/9/2019

     

    Ex 32,7-11.13-14  Ps 50  1Tm 1, 12-17  Lc 15, 1-32 (brève : 15, 1-10)

     

    LA  VÉRITABLE  IDENTITÉ  DE  DIEU : IL  EST  AMOUR  MISÉRICORDIEUX       

     

    FIL  CONDUCTEUR  :

     

    A travers les trois paraboles de Jésus dans ce chapitre 15 de Luc,  c'est le vrai "visage" de Dieu, sa véritable identité profonde qui nous sont révélés : Il est AMOUR et poursuit inlassablement son but qui est de faire participer l'homme, par l'Amour, au BONHEUR que Lui-même possède en plénitude en sa Trinité d'Amour!

     

    PRINCIPAUX  POINTS :

    1. Dieu est à la recherche de l'homme, particulièrement de celui qui s’est égaré. Dieu n’a de cesse jusqu’à ce qu’il nous retrouve et nous ramène vers l’Amour, en vue du BONHEUR pour lequel il nous a créés.
    2. L’égarement de l’homme revêt plusieurs aspects dans les trois paraboles proposées ce dimanche.
    • Parfois, l'homme a délaissé le troupeau des brebis du Seigneur, pour suivre ses propres illusions, satisfaire tous ses désirs immédiats, même mauvais, en ne faisant confiance qu’à lui-même et non plus au Bon berger. Ce faisant, finalement, il va se perdre au loin, au milieu des dangers! C'est bien là l'image de l'humanité, toujours persuadée qu'elle est capable d'assurer son Bonheur par ses propres moyens et qui délaisse la voie de l'Amour, que Dieu lui propose en vue de son Bonheur. En prétendant déterminer par lui-même ce qui est bien et ce qui est mal (sous la forme symbolique du fruit défendu de la Genèse), l'homme prend la place de Dieu et s'égare. Mais l'Amour de Dieu pour l'homme est tel que, pour retrouver au loin cette brebis perdue, il n'hésite pas à prendre le risque de laisser pendant ce temps les autres brebis à la seule garde de quelques bons chiens, en comptant sur le bon sens et la discipline des brebis restées au pâturage.
    • Parfois, c'est à l'intérieur même de la "maison" (ou du troupeau!) que l'homme peut se perdre. Se croyant sauvé et protégé par sa seule appartenance à la "Maison", (l'Eglise, peut-être?) il avait délaissé sa "juste place" dans celle-ci, pour n'y faire que son bon plaisir, sans se soucier de respecter l’ordre et les "règles" de la Maison où il a fini bel et bien par se perdre lui-même, comme la drachme!
    • Enfin, ce peut être dans les apparences de la soumission que l’homme cache sa révolte vis-à-vis du Père contre lequel il voudrait, mais n’ose manifester sa fermeture contre l’Amour et son ouverture perverse au Mal. C’est l’aspect satanique de l’égarement !

    3) Que l'homme s'égare en s'éloignant de Dieu, comme la brebis perdue (et le fils cadet de la dernière parabole), ou en restant soi disant proche, mais le cœur fermé à l'Amour (comme le fils aîné qui s'est "perdu" dans la maison), Dieu n'aura de cesse qu'il ne ramène vers Lui cet homme, afin "qu'aucun ne se perde"!

     

    4) Certains ne comprennent pas cet Amour paternel de Dieu, témoin de sa véritable identité, à notre égard et trouvent qu'il serait plus juste que le Seigneur exerce une stricte justice rétributive vis-à-vis des hommes. La Miséricorde de Dieu, disent-ils, encourage les hommes à faire le Mal en voyant la bonté de Dieu pour les pécheurs!

    5)C'est méconnaître jusqu' où va l’ Amour d'un véritable Père et passer à côté de la joie qu’il y a dans le Ciel " quand l'Amour de Dieu a fait revenir le pécheur de son "égarement" (Lc 15, 7).

     

    6) D'autres vont encore plus loin dans leur vision négative de Dieu. Ils accusent le Bon Berger de laisser 99 brebis raisonnables sans défense… pour aller rechercher une petite idiote que sa désobéissance a perdue. C'est oublier que le Seigneur a eu soin de ne pas nous quitter sans établir les fondations de son Eglise et d'y instituer ceux qui, tels de bons "chien de berger", doivent "veiller sur le troupeau qui leur est confié, non par contrainte mais…selon Dieu… (1P 5, 2). Sans doute est-il bon de rappeler que le meilleur moyen, pour les brebis, de résister au loup, est de rester unies, groupées à l'abri de ceux qui sont en mesure de les défendre contre les dangers (qu'elles ne réalisent pas toujours). Encore faut-il qu'à la discipline des brebis corresponde l'amour des gardiens à qui elles sont confiées !

     

    Michel  ANDRE, diacre

    jeannemichel.andre@gmail.com                     BLOG  http://puzzlebondieu777.over-blog.com

     

     

  • Propositions pour homélie 23ème Dimanche ordinaire C 8/9/2019

    Sg 9, 13-19  Ps 89  Phm 9b-10. 12-17  Lc 14, 25-33

    REMISE  EN  ORDRE DE  NOS  AMOURS ET DE  NOS ATTACHEMENTS

     

    FIL CONDUCTEUR :

    Les textes de ce dimanche nous confirment que le but à atteindre dans notre vie, c’est bien le BONHEUR par l'AMOUR! Mais Jésus nous invite à une sérieuse remise en ordre de nos "amours" et de nos « attachements ». Pour cela, il commence par nous suggérer, pour être disciples, des conditions extrêmes qui pourraient être décourageantes pour les pauvres disciples que nous sommes, s’il n’y avait l'Esprit Saint Lui-même (la Sagesse salvatrice de la 1ère lecture) pour nous permettre de discerner, dans tout cela ce qui favorise ou, au contraire, met en péril notre salut.

     

    PRINCIPAUX  POINTS :

    1. Sommes-nous conscients de l’attachement que nous avons vis-à-vis de tous les « cadeaux » que Dieu nous fait :
    • D'abord la vie, sans laquelle le reste est inutile.
    •  Notre environnement dans l'univers, reflet de la Toute Puissance de Dieu, emballage magnifique de tous les autres cadeaux.
    • Notre corps, dont la science nous montre le merveilleux fonctionnement, que nous trouvons normal jusqu'au jour où l'handicap et la maladie nous font regretter de ne l'avoir pas assez apprécié.
    • Notre intelligence avec ses capacités formidables.
    •  Et, mieux encore, nos émotions et sensations et tout ce que l’on comprend comme « plaisirs de la vie ».

    Notre attachement à tout cela favorise-t-il ou met-t-il un obstacle au  cadeau suprême : l'AMOUR, le vrai, celui qui est la clé du BONHEUR, cadeau qui prime sur tous les autres, que Dieu nous offre dés maintenant et qui sera en plénitude notre lot pour l'éternité!Tous ces cadeaux sont comme un fleuve débordant d'amour, dont Dieu est la Source!

    Sans la Source, pas de fleuve. Mais les hommes veulent jouir du fleuve de cadeaux et oublient volontiers la Source. Il y a trop de cadeaux pour bien les voir et certains ne les voient pas du tout, hélas!

    1. Jésus remet chaque chose à sa place! En premier l'amour de la Source, c’est à dire l'amour de Dieu et ensuite l'amour du prochain et de soi-même. Enfin l'appréciation des autres cadeaux pour lesquels notre "attachement" doit rester raisonnable et ne pas faire écran à l'Amour.
    2. Faut-il aimer Dieu et haïr nos proches, comme de mauvaises traductions voudraient nous le faire croire? Nullement… et Jésus nous a bien dit d'aimer Dieu…et notre prochain. Entre ces deux amours, pas d'incompatibilité et, à vrai dire, même pas de concurrence réelle si nous avons compris que ces amours se renforcent entre elles si elles sont vraies. C'est vrai que j'aime ma femme! Eh bien, quand je donne la première place dans mon cœur à Dieu, je sais avec certitude que, dans le même élan, l'amour pour ma femme en est changé, transformé et qu'il acquière un "plus" incomparable! Réciproquement, l'amour pour ma femme me fait accéder encore mieux à Celui qui en est la Source, le Dieu d'Amour!
    3. Dés lors, aucune inquiétude ni concurrence réelle, mais prenons le temps de la réflexion sur les intentions profondes de notre cœur et ne nous contentons pas de "coups de tête" en matière d'amour…!
    4. Celui qui aime les autres a parfaitement accompli la Loi. Il marche donc à la suite du Christ vers le Royaume. Il a tout mis à la juste place, dans tous les domaines et n'a plus à s'inquiéter. La "croix" qu'il doit porter, c'est "sa" croix, ni celle des autres, ni celle du Christ, mais celle qui est à sa mesure pour suivre le Christ!
    5. Il doit donc réfléchir et bien regarder de quelle qualité d'amour il aime les autres : utilitaire, jaloux, comme une emprise ? ou bien amour véritable car procédant vraiment de la Source de l'amour qui est Dieu? C’est là que prend toute son importance le rôle de l’Esprit Saint : réfléchir « humainement » seulement, ne nous donnera jamais la bonne solution. Seul l’Esprit nous évitera à la fois de tomber dans l’excès d’un enthousiasme facile autant qu’irresponsable ou d’un découragement devant la tâche à accomplir pour suivre Jésus dans l’Amour  jusqu’au Royaume, sans nous attacher trop à «  ce qui passe », mais en pratiquant l’Amour véritable!

     

    Michel  ANDRÉ, diacre

    jeannemichel.andre@gmail.com

    BLOG http://puzzlebondieu777.over-blog.com