Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BRELEVENEZ - LANNION - Page 2

  • IDEES  POUR  HOMELIE  23ème Dim ord A 10 / 9 / 2017

     

     

    Ez 33, 7-9    Ps 94   Rm 13, 8-10  Mt 18, 15-20

     

    COMMENT  PARVENIR  A  L'UNITE  SELON  JESUS

     

    FIL  CONDUCTEUR :

    Jésus veut passionnément l’unité des chrétiens, condition indispensable pour que se répande la BONNE NOUVELLE  DU  SALUT. Mais nous, les chrétiens, sommes les premiers à faire obstacle à cette unité par les trop nombreuses entorses à la charité fraternelle que nous commettons, souvent sans nous rendre compte de leur impact sur le prochain. Après avoir démasqué ces fautes, il nous reste à y remédier selon les conseils que nous donne aujourd'hui Jésus!

     

    PRINCIPAUX  POINTS :

    1. Nos fautes contre l’unité, ce sont : nos tentatives d’ emprise sur les autres, pour les soumettre à nos idées (pas toujours bonnes), pour avoir « raison » à tout prix. Ce sont nos manques d’indulgence ou nos petites phrases et remarques assassines, nos rancunes, nos plaintes incessantes, l'exagération d’incidents mineurs pour jouer les victimes ! Bref, ce sont comme des « bobos » qui infectent nos relations. Ces bobos se répandent, s’enflent, se collectent en abcès…qu’il devient nécessaire d’ouvrir pour éviter la septicémie relationnelle, mortelle pour l’unité.
    2. Pour vider les abcès, jésus nous donne ici le mode d’emploi …et les encouragements nécessaires car, souvent on préfère ignorer la maladie plutôt que d’accepter le traitement nécessaire et qui fait peur.
    3. Difficile, en effet, d’intervenir auprès de ceux qui, par leur faute, mettent en péril leur propre salut et l’unité de l’Eglise, dans laquelle ils ont parfois une position forte!

                Or, c’est ce que nous demande Jésus ! Mais c’est risquer de se  "faire remettre à sa place" par celui ou celle qu'on aborde pour" lui montrer son erreur".

    1. Aussi, Jésus nous recommande-t-il d’opérer dans la plus grande discrétion, seul à seul avec celui qu’on abordera « dans l’amour », c'est-à-dire sans aucun jugement sur lui même, mais aussi sans complaisance vis-à-vis du mal objectif qui a été commis et qui fait courir un danger pour le frère en question et pour tous.

         De cette rencontre peut naître alors l’unité retrouvée, dans le pardon, la réconciliation et la réparation!

               A noter que juste avant le passage de Mt de ce dimanche, Jésus vient de nous montrer, dans la parabole  de la "brebis perdue" (Mt 18, 10 -14) la bonne façon d'aborder notre frère égaré!

                Mais si le frère ne veut rien entendre malgré le concours de       quelques autres frères discrets et bienveillants, ni même avec le groupe des croyants dont il fait partie, il devient nécessaire de « vider l’abcès » :les simples « médicaments » n’ayant pu empêcher l'évolution vers un gros abcès.

     

    1. Jésus nous demande alors de considérer ce frère comme un « païen et un publicain ». Quand on connaît l’accueil chaleureux réservé à nombre de ceux-ci par Jésus, on comprend qu’il s’agit, non pas de continuer des démarches inutiles, mais de porter ce frère dans une prière fervente qui devient le dernier recours.

     

    1. Jésus nous précise alors l’efficacité particulière de la prière des fidèles unis dans l’amour fraternel. Jésus est au milieu d’eux, conformément à sa promesse, et il est lui-même ce « lien » d'Amour entre eux.

     

    1. Alors l’unité réalisée ainsi sur la terre aura son effet au ciel et la prière de Jésus pour l' UNITE de tous ses "frères appelés à la FOI", ne pourra qu’être exaucée, bien sur, comme l'a été sa prière devant le tombeau de Lazare !
    2. C’est là qu’il faut nous souvenir de l’interpellation de Jésus à Marthe, la sœur de Lazare : « si tu crois, tu verras la gloire de Dieu » (Jn11, 40) ! Est-ce que nous "croyons" vraiment, avec la confiance de la FOI, comme Marthe à ce moment-là ? C'est dans cet acte de Foi qui nous est demandé, en faveur de notre prochain et souvent de nos plus proches, réfractaires, en apparence, à l'UNITE, que sera l'ultime et efficace recours pour retrouver avec eux cette Unité dans la FOI, espérée dans les larmes.
    3. C'est dire l'importance de notre rôle dans le retour à l'UNITE!

     

                     Michel  ANDRE, diacre   jeannemichel.andre@gmail.com

     

                     BLOG  http://puzzlebondieu777. over-blog.com