Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BRELEVENEZ - LANNION - Page 2

  • PREMIER  DIMANCHE  AVENT  C  28 11 2021

     

       Jr 33 ; 14-16   Ts 3, 12à 4, 2   Ps 24  Lc 21, 25-28. 34-36

          AVENT, temps de l’attente de celui qui doit venir

     

     

    Fil conducteur : Toute notre vie est dans l’attente : de notre naissance, pendant 9 mois, puis première dent, premiers pas, l’école, le bac, la vie active  etc….jusqu’à la mort : une succession d’attentes !

    Mais l’Avent, attente du retour du Christ, c’est bien autre chose pour nous chrétiens car c’est la perspective d’une fin (enfin !) de toutes les autres attentes, par la plénitude, enfin réalisée du BONHEUR pour lequel nous savons avoir été créés.

    PRINCIPAUX  POINTS : L’évangile de ce dimanche nous le fait comprendre, il y a deux façons de vivre cette attente :

    1. L’affolement, devant les événements prédits, entraînant une course folle de la vie, pour en « profiter pendant qu’il il en est temps encore » sorte de fuite en avant irrésistible, impossible à freiner, comme le lâchage des freins dans une côte en descente ! Ces évènements, notre monde les vit déjà et cet affolement , il est palpable autour de nous , menaçant de nous prendre dans son tourbillon destructeur !
    2. La paix : non pas celle, trompeuse, du monde, mais la paix que Jésus, avant de nous quitter, nous a promise, par le choix que nous faisons, à sa suite, du Bien, de l’Amour véritable.

    Au milieu de tout cet affolement, Jésus nous invite à « redresser la tête » et ainsi devenir les témoins de cette paix offerte aux hommes par le Salut, grâce au sacrifice d’Amour du Christ auquel nous participons et nous associons à chaque eucharistie !

    Finis, alors, la peur constante, l’affolement, le stress incessant, l’attente anxieuse, impatiente (pour certains, parait-t-il, celle de la fin de la messe et particulièrement du sermon !?).

    Pourquoi, dés lors, attendre davantage pour choisir la PAIX, avec Celui qui est venu, qui reviendra….qui est là !

     

    Michel  ANDRE,  diacre    jeannemichel.andre@gmail.com

    BLOG  http://puzzlebondieu777.over-blog.com

     

  • DERNIER DIMANCHE ANNEE  B (34ème) CHRIST- ROI 21 Novembre 2021

     

                   Dn 7, 13-14 Ps 92 Ap 1, 5-8 Jn 18, 33b-37

                La  royauté d’Amour et de Vérité du Christ

     

    Fil conducteur :

    Dans cette fête du Christ-Roi, avec ce dialogue entre Jésus et Pilate, nous atteignons le sommet de toute la REVELATION, à savoir que DIEU est AMOUR. Tout le reste en découle : la liberté de l'homme, sa destinée fantastique de participation au BONHEUR même de Dieu, l'incarnation, la rédemption…. Mais aussi, la place centrale de la VERITE dans cette révélation : "Amour et Vérité se rencontrent…!" Ps 85 (84).

     En conséquence, notre adhésion à la Vérité devient impérative, dés maintenant et pour la Vie qui n'aura pas de fin!

     

    Principaux points :

     

    1) Paradoxalement, ce n'est pas au moment où les "sondages" étaient au top, quand la foule de Jérusalem voulait le proclamer roi, que Jésus déclare à Pilate incrédule : « Tu l’as dit, je suis roi ! » C'est dans ce moment de faiblesse extrême ou il est livré, qu'il déclare sa royauté et qu’il révèle la Vérité entière au monde, sur Lui-même, sur Dieu, sur l'homme et sa destinée!

    Jésus est donc à contre-courant des usages de la politique et des médias du monde, car quand on veut être Roi ou Président de la République, ce n’est pas comme ça qu’il faut faire ! Cela montre que le Royaume du Christ n’est pas de ce monde.

     

    2) Mais qu’est-ce que la royauté du Christ ? Jésus nous l’explique dans cet évangile de l’entrevue avec Pilate : « …je suis né, je suis venu en ce monde pour rendre témoignage à la Vérité… », à savoir que Dieu est Amour.

    Car Lui-même, en sa personne, il est cette VERITE, non pas cette vérité relative et changeante des hommes dont parle Pilate, mais la VERITE profonde, éternelle de Dieu, à savoir que Dieu est Amour. Il personnifie,  en Lui qui est Amour et Vérité, la victoire finale de l’Amour !

     C’est la victoire sur Satan, roi du mensonge et de la haine et sur ses comparses, qui se démènent dans un combat destructeur, acharné, mais désespéré contre la Vérité !

    3) Nous sommes pris dans ce combat, nous qui écoutons la voix de Jésus, dans notre désir de trouver le BONHEUR en appartenant à la Vérité, à l’Amour. Mais avons-nous vraiment choisi le camp du Christ Roi ? Et pour cela, avons-nous opté pour l’Amour en étant, nous aussi témoins de la Vérité ?

     Il est curieux de voir comment nous réclamons la « vérité », à cor et à cri de la part des autres ! On veut que « la lumière soit faite », n’hésitant pas, parfois, à provoquer imprudemment pour cela l’Esprit Saint. Mais cette vérité, la voulons nous par amour et dans l’amour ? Or, l’un ne va pas sans l’autre !

    Sans amour, l’exacte réalité n’est plus que lucidité froide et l’on assène aux autres des soi-disant vérités, qui sont plutôt des paroles assassines, induisant souffrances, agressivité et non paix véritable.

     

    4) Sans vérité, il n’y a pas d’amour, c’est impossible ! Pour autant il ne faut pas « tout dire » ! Ce serait parfois certainement contraire à la charité. Par contre, la vérité exige , en négatif, de :

    - Ne pas faire semblant de donner…de l’amour.

    - Ne pas faire semblant d’accepter une dépendance d’amour alors qu’on garde sa chère indépendance.

    - Ne pas camoufler systématiquement nos fautes derrière des mensonges de plus en plus énormes, mais revenir à la vérité, dans la transparence.

     (cf « Réponses chrétiennes…chap.7 , page 68 du Tome 3» ). Donc, faire en sorte que notre portable puisse être « examiné » par le conjoint et qu’en fin de compte, ce conjoint n’aie même plus envie de l’explorer !

    En positif, notre option pour l’Amour et la Vérité doit se traduire dans notre vie concrète :

     

    - En faisant la vérité sur moi qui suis « merveille de Dieu », mais aussi pécheur, appelé à entrer dans la Miséricorde. Donc, ne plus me présenter comme un "sauveteur", le sauveteur qui incommode tout le monde par ses conseils, ses remontrances, ses ordres à tort et à travers. Ne plus me prétendre, non plus, « victime » des autres, des événements et de Dieu, toujours en train de se plaindre où de réclamer, rendant la vie impossible à l'entourage.

    - En respectant la vérité sur les autres, en voyant leurs défauts réels, certes, mais aussi tous leurs bons côtés, leurs capacités à bien faire.

    Je dois alors regarder les autres comme Dieu les regarde, eux qui sont enfants de Dieu comme moi!

    - En accueillant la vérité sur Dieu, source de l'Amour et de mon Bonheur, que je dois reconnaître comme mon créateur, et non comme un « distributeur de billets » dont nous pensons détenir le code (« chrétien pratiquant ») et dont nous manions les touches qui sont: « réussite de tous mes projets, argent, santé, considération, pouvoir » etc …,sans oublier la touche spéciale « autre demande », telle que : »victoire sur mes ennemis, vengeance et rancune… ».

    Tout cela est condition pour parvenir au Royaume du Christ !

     

    Michel  ANDRE      jeannemichel.andre@gmail.com

    BLOG     http://puzzlebondieu777.over-blog.com