Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BRELEVENEZ - LANNION - Page 2

  • QUINZIEME DIMANCHE ORDINAIRE B 14 juillet 2024

    Marc 6, 7-13, avec Ep1, 3-14 et Amos 7,12-15

    Envoi en mission

     

    Fil conducteur :

    Dieu a une mission spécifique pour chacun de nous. C'est lui qui nous la donne et nous ne devons pas nous dérober, sachant que Dieu nous aidera toujours au niveau des moyens à mettre en œuvre pour le résultat opportun… qui finalement, dépend de lui !

     

    Principaux points :

    1) Cet envoi des apôtres se situe après « l’échec » de Nazareth et va constituer une étape importante dans la diffusion de la Bonne Nouvelle. Il est frappant que Jésus ne se laisse pas impressionner par cet échec de sa prédication à Nazareth et accélère, au contraire, la diffusion de cette Bonne Nouvelle, rejetée par les nazaréens. C’est une bonne leçon pour nous, qui prenons prétexte de nos insuccès ou de nos soi disant incapacités pour ne plus rien faire !

    2) Comprenons que, pour nous comme ce le fut pour les apôtres, le temps de formation, d’accumulation des connaissances, celui des sessions et retraites, tout à fait nécessaire, doit cependant, ensuite faire place à l’action. On ne peut éternellement recevoir et consommer sans donner à son tour. Il y a trop de chrétiens qui restent uniquement            « consommateurs » toute leur vie.

    3) Ceci dit, c’est Jésus qui ici envoie ses disciples en mission et leur donne ses instructions.

    Pour nous, c’est pareil : Dieu nous envoie chacun à la « mission » qu’il nous destine et l’Eglise doit nous aider à la réaliser. La façon dont nous recevons de Dieu notre mission n’est pas identique et tout le monde, sur ce plan, n’est pascomme Marie, Joseph ou Jeanne d’Arc. N’attendons pas des signes extraordinaires ! Mais n’attendons pas, non plus, d’être dans des conditions parfaites pour passer à l’action et remarquons que Jésus conseille l’utilisation de moyens sobres, adaptés à son époque (en ce qui concerne la part des hommes). Dieu ne nous demandera pas plus que ce que nous pouvons.

    En ce qui concerne la part de Dieu, rien de ce qui est nécessaire nous sera refusé !

    4) Prenons donc les moyens que Dieu nous suggère et soyons dans la paix ! Etre dans la paix, cela veut dire que, ayant pris les bons moyens, ayant fait le nécessaire, ni plus, ni moins, de notre côté, nous pouvons, comme les vierges sages de l’évangile, dormir en attendant la venue de l’époux. C’est à ce dernier qu’incombe la réussite du résultat final de nos efforts.

    Et, par ce que le résultat de la « mission » que Dieu confie à chacun de nous dans cette vie, en fin de compte, ne dépend pas vraiment de nous…mais de Lui, nous avons une obligation claire de « moyens », mais pas de « résultat ». C'est bien, par exemple, ce que, en tant que parents, nous avons à retenir des résultats, pas toujours évidents,  de l'éducation de nos enfants. Soyons donc dans la paix et dans la confiance en Celui qui nous envoie « en mission »!

     

    Michel  ANDRE, diacre  jeannemichel.andre@gmail.com

     

    BLOG  http://.puzzlebondieu777.over-blog.com

  •   QUATORZIEME DIMANCHE ORDINAIRE B

    7 juillet 2024 Marc 6, 1-6 avec Ez 2, 2-5 et 2 Cor 12,7-10

     Jésus à Nazareth - Qui dirige notre vie ?

     

    Fil conducteur :

    Pour que ce soit Dieu qui conduise ma vie vers le Bonheur selon son Plan et avec ma libre participation, puisque cette liberté est nécessaire à l'amour, il me faut d'abord reconnaître ma faiblesse. C'est si je l'accepte comme Saint Paul, dans la joie d'une dépendance

    d'amour, que Dieu pourra alors diriger ma vie vers le BONHEUR !!

    Principaux points :

    1) Ce récit de l’affrontement de Jésus avec ses concitoyens de Nazareth nous pose la question  capitale  de qui dirige notre vie ?

    - moi tout seul ? (ni Dieu ni Maître) !

    - Dieu sans moi? faisant de moi un robot irresponsable.

    - Dieu avec moi? dans la confiance réciproque de l’amour.

    Selon la réponse donnée, la solution de mes problèmes relèvera :

    - soit de moi tout seul,

    - soit de Dieu tout seul, ce qui me rendrait irresponsable,

    - soit de Dieu avec moi, dans la communion d’amour qu’il me propose…

    et qui est le bon choix, menant au Bonheur.

     

    2) Cependant, même si nous avons fait ce « bon choix », nous constatons que, concrètement, nous laissons difficilement Dieu intervenir dans nos vies par l’envoi d’épreuves douloureuses que nous trouvons

    « injustes» . Nous demandons, au contraire, comme Paul, que Dieu nous enlève toute épreuve!  C’est le signe que nous pensons savoir mieux que Dieu ce qui, au final, sera mieux pour nous ! Avons nous  vraiment confiance en lui ? Nous avons la prétention de connaître le fond des choses…comme ces gens de Nazareth qui croyaient tout connaître de Jésus et dont la vanité était un obstacle à l’action de la grâce!

    3) Paul nous a montré comment redonner à Dieu sa vraie place dans notre vie : en acceptant tout à la fois la réalité de notre faiblesse et la puissance transformante de son amour en nous : « ma grâce te suffit » lui a dit le Seigneur !

    C’est cela qui nous fera passer de la tristesse à la joie…et non les habituels encouragements des autres qui pensent nous consoler avec leur « il ne faut pas pleurer comme ça, souris ! sois courageux ! ».

    Il nous faut sortir de notre colère devant l’épreuve, non pas par la porte de la révolte, mais par celle de la confiance et de la miséricorde !

    Ainsi, nous éviterons d’exercer vis-à-vis de Dieu le chantage habituel :

    « puisque, Seigneur, tu nous a promis d’exaucer la prière, tu dois me débarrasser de ce qui va contre mes désirs » !

    . Ce serait prendre emprise sur Dieu, comme ceux qui prennent emprise sur les autres en se permettant de leur dire : « si Dieu ne t’exauce pas, c’est signe que tu pries mal ou pas assez » ! Là encore, ce serait, comme les gens de Nazareth, prétendre tout connaître et prendre la place de Dieu !

    En conclusion, ne soyons pas comme ces gens de Nazareth qui , dans leur vanité, ont refusé l’offre de Jésus de le suivre pour gagner leur Bonheur par l’amour! Ils ont préféré, pour leur malheur, tourner le dos à la Bonne Nouvelle et mener leur vie à leur façon !

     

     

    Michel  ANDRE,   diacre  jeannemichel.andre@gmail.com

    BLOG  http://puzzlebondieu777.over-blog.com