Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BRELEVENEZ - LANNION - Page 2

  • VINGT  TROISIÈME  DIMANCHE  ORDINAIRE B (9 Septembre 2018)

     

    Mc 7, 31-37 avec Is 35, 4-7    Ps 145 et Jc 2, 1-5

    Une leçon de compassion et de respect, dans la relation aux autres et la façon d’améliorer cette relation si souvent malmenée!

     

    Fil conducteur :

     Jésus nous donne un magnifique exemple de respect et d'amour dans la relation  au prochain. Cela doit nous inciter à bien regarder nos façons habituelles de nous comporter avec les autres et les modifier si besoin.

     

    Principaux points :

    1. Ce monde idéal que nous annonce Isaïe pourrait n’être qu’une fable pour enfants sages  si nous n’avions pas compris que c’est la description de ce que Dieu avait prévu dans son Plan initial et que l’humanité a détruit par sa désobeissance. Mais Dieu n’a pas dit son dernier mot et, après avoirr ramené cette humanité à la « tête dure » sur le chemin du salut par le sacrifice du Christ, il nous enseigne comment faire pour établir la relation d’amour des hommes avec Dieu et entre eux !
    2. Pour que ce monde redevienne conforme au Plan initial de Dieu, il faut que s’y réalise :
      • la part de Dieu: elle est déjà présente dans cette création qu’il nous est possible d’orienter, en la respectant, vers un monde idéal ou, au contraire, vers une « jungle » relationnelle si l’humanité s’adonne au Mal !
      • La part de l’homme, qu’il réalise, dans sa liberté, en s’orientant lui-même vers le Bien ou vers le Mal.
    3. Jésus va nous montrer, d’une part que Dieu intervient par une compassion efficace et, d’autre part, qu’il y a une façon de faire vis-à-vis de « l’autre » pouvant déjà changer ce monde détraqué. Pour cela, Jésus va agir à l’encontre de nos fausses « valeurs » habituelles : Vanité, orgueil, puissance, « tape à l’œil », froideur, non respect… Toute cette panoplie empoisonnant nos relations et dénoncées dans la lettre de Jacques (à peine exagérée, hélas), Jésus va la transformer en relation d’amour envers le sourd-muet. Il commence par lui éviter de figurer comme une bête curieuse devant cette foule avide (comme nous) de merveilleux. Tout se passera dans la discrétion !
    4. Ensuite, Jésus va montrer sa proximité aussi profonde que discrète, envers cet exclu incompris comme le sont souvent les sourds.

    Il va le toucher respectueusement, lui donner une part de lui-même qu’est sa salive (tant pis pour les règlements d’hygiène trop souvent excessifs!). A noter qu’il renouvellera ce geste d’intimité avec l’aveugle de Bethsaïde. Plus tard, il donnera totalement son corps et son sang.

    1. Jésus peut se permettre cela car toute son attitude est respectueuse, adaptée aux craintes légitimes de cet handicapé, dont il souligne ainsi la valeur qu’il a aux yeux de Dieu: c’est pour cet homme qu’il est là, qu’il agit et pour lui seul. Le soupir qu’il émet n’est pas une plainte, mais marque l’intensité de son attention envers celui qui souffre en silence. Cela explique la recommandation de discrétion !
    2. Jésus vient de nous montrer concrètement comment agir pour transformer ce monde en transformant nos relations avec le prochain. Regardons notre propre façon habituelle d’agir et déjà avec nos plus proches prochains, ceux avec lesquels « on ne se gêne pas » :
      1. les respectons-nous vraiment et toujours ?
      2. les soustrayons-nous à la critique des autres…en ne les critiquant pas nous-mêmes en public ?
      3. les mettons-nous en valeur...ou notre propre réputation passe-t-elle avant la leur ?
      4. les rejoignons-nous avec compassion, dans leurs souffrances et d’abord nous rendons-nous compte qu’ils soufrent ?
      5. cherchons-nous à les connaître sans les brusquer, afin de les rejoindre et nous laissons-nous connaître tels que nous sommes ?
      6. cherchons-nous leur Bien véritable (et non des consolations futiles). Accueillons nous avec gratitude leurs efforts pour nous donner du bonheur à nous aussi ? Il n’est jamais trop tard pour bien faire et améliorer les relations interhumaines ! Au travail !

     

    Michel  ANDRE, diacre  jeannemichel.andre@gmail.com

    BLOG   http://puzzlebondieu777.over-blog.com