Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • SAINTE  TRINITÉ  27  MAI 2018  Avec Fête des mères

     

    Mt 28, 16-20 avec Rm 8, 14-17 et Dt 4, 32-34 . 39-40

    La Trinité divine, origine et promesse du BONHEUR  de l’humanité !

     

    Fil conducteur :

    Le mystère de Dieu /Trinité nous fait accéder à la source même de l'Amour, qui est Dieu lui-même. Incompréhensible, par définition, ce mystère nous explique, par contre, parfaitement, l'offre de BONHEUR que Dieu fait à toute l’humanité, par le partage de sa propre Vie Trinitaire d'Amour entre Père, Fils, Esprit!

     

    Principaux points :A Noël, nous fêtons le mystère de l’incarnation : Dieu fait homme en la personne de Jésus. Au temps pascal, c’est le mystère de la rédemption. A la Trinité, c’est le mystère de qui est Dieu lui-même, celui de l’Amour, de la Source de tout amour et du BONHEUR  incommensurable  offert à toute l’humanité.Certains récusent de principe tout mystère et n’admettent que ce que la raison raisonnante leur permet de comprendre et les sciences expliquer. Savent-t-ils qu’ils ne pourront jamais tout connaître, étant placés, comme nous tous entre deux infinis, l’infiniment grand et l’infiniment petit, que nous ne pouvons maîtriser par définition, et qu’ainsi ils « passeront à côté » de l’essentiel : le Bonheur  qui ne peut se trouver en dehors de l’AMOUR !

    Le rôle des sciences est capital, certes, pour nous montrer le « comment » des choses. Mais, pour que nous accédions au « pour quoi » des choses, il faut que Dieu vienne à notre rencontre et nous aide en jetant un pont entre lui, qui connaît tout et nous (avec nos limites). Ce pont, c’est le "mystère"  et, en premier, celui de la Trinité divine ! Il nous faut accueillir le mystère, communiqué par Dieu à l’homme dans la Révélation, et ainsi grandir en connaissance et accepter l’offre du BONHEUR que Dieu a préparé pour nous. Le mystère de la Trinité, c’est celui de l’Amour. Trois Personnes en un seul Dieu, cela explique que Dieu n’est pas seulement Toute Puissance , isolée dans son Ciel, mais que ce Dieu est capacité d’Amour, éternelle, infinie, entre ces Trois Personnes. Dieu nous crée par Amour et pour l’Amour dont il est la Source. Ainsi nous comprenons comment nous sommes vraiment images de Dieu (Gn 1, 27), avec, chacun, une soif illimitée d’être aimé et d’aimer   que nous percevons en nous ! Nous réalisons aussi, parce que l’Esprit de Dieu le révèle à notre esprit (Rm 8, 14-17), que nous sommes vraiment fils de Dieu, issus de l’Amour et destinés au Bonheur par l’Amour. Cette Bonne Nouvelle sensationnelle, Jésus nous demande de la transmettre à tous nos frères aujourd’hui ! Cette filiation d’Amour, nous en avons une approche avec l’Amour filial que nous pouvons vivre vis-à-vis de nos parents et particulièrement notre mère ? que nous fêtons ce dimanche. Le rôle principal de la mère, c’est d’introduire l’enfant à l’Amour, en même temps qu’à la vie et de l’amener à connaître la Source de cet Amour, la Trinité divine. C’est pourquoi il ne doit pas y avoir concurrence entre l’Amour maternel et l’Amour de Dieu, mais heureuse synthèse : quand j’aime ma mère et quand elle m’aime, c’est Dieu, par là même que nous aimons l’un et l’autre. C’est la même synthèse qu’entre mari et femme et c’est la voie du Bonheur !

    Michel  ANDRE, diacre   jeannemichel.andre@gmail.com

    BLOG  http://puzzlebondieu777.over-blog.com

     

  • DIMANCHE  DE  PENTECÔTE  B (20 Mai 2018)

     

    Veillée : Jn 7, 37-39 avec  Rm 8, 22-27

    Jour: Jn 15, 26-27. 16, 1-15  Ac 2, 1-11 et Ga 5, 16-25

    Pentecôte / Don de l’Esprit ! Qu’est-ce et pour quoi ?

    Fil conducteur :

    La venue de l'Esprit réalise la transformation de ce monde que le Christ a sauvé par son unique sacrifice. Cette transformation accompagne la diffusion de la Bonne Nouvelle jusqu’aux extrémités de la terre par les disciples du Christ que nous sommes. Pour cela, il y a nécessité impérative de notre propre transformation, passant elle-même par notre adhésion pleine et concrète à la VERITE et par une véritable UNITE entre nous !

    Principaux points :

    1. Nous avons du mal à réaliser ce que fut cette irruption de l’Esprit dans la vie de ceux qui ont vécu la première Pentecôte chrétienne. Jésus, certes, avait annoncé la venue de l’Esprit, mais les manifestations antérieures de celui-ci, quoique nettes (comme lors du baptême de Jésus) étaient restées discrètes. A ce jour de pentecôte, c’est tout le contraire !Voila que le « Défenseur » attendu arrive, non pas avec des chars de guerre, des armes et des guerriers, mais sous un aspect incongru, celui des langues de feu émanant de la même flamme, puis par l’unité de langage retrouvée, une sorte de « Babel » inversée.
    2. C’est ainsi que l’Esprit annonce clairement son « programme » : l’Unité des hommes dans l’Amour, venant, après leur délivrance, dans l’Amour, par le Christ ! C’est la reconquête du monde, la contre-offensive de l’Amour. Ce n’est pas un « tour de passe passe », quelque chose qui nous tombe dessus, mais une œuvre enthousiasmante qui nous est proposée. C’est le travail de l’Esprit…avec notre indispensable participation, grâce aux « dons de l’Esprit » dont le premier est bien cet « amour répandu dans nos cœurs » (cf Gal 5, 16-25 et Rm 8, 16-17).
    3. Mais cette œuvre de salut en vue du BONHEUR, par l’AMOUR, se heurte aux forces du Mal répandues dans le « monde ». Conscients de notre faiblesse, nous sommes parfois tentés d’avoir recours à « plus fort que nous » pour nous protéger de ces forces du « monde », inconnues et qui nous font peur. C’est ainsi que certains vont jusqu’à fréquenter les « puissances troubles du spiritisme ou, pire, celles du satanisme » ! Quelqu’un me disait un jour : « oui, c’est vrai, Dieu est Tout Puissant…mais le Malin, lui, est plus puissant que moi »…donc, il faut bien « faire avec lui». C’est se fourrer dans la gueule du loup ou, comme Gribouille, se plonger dans la rivière pour s’abriter de la pluie. On ne trompe pas l’Esprit ! Il est l’Esprit de Vérité. Alors, la bonne question, maintenant, pour nous qui l’appelons à notre secours, c’est de regarder si nous-mêmes sommes en vérité dans notre vie concrète (sinon, nous serions totalement en porte à faux) !
    4. Etre en vérité, c’est d’abord, ne pas se contenter de dire « Seigneur, Seigneur » sans faire la volonté du Père. C’est donc n’avoir ni rancune, ni agressivité, ni refus de pardon, c’est ne jamais fermer son cœur en refusant notre secours au frère qui est dans le besoin (aussi bien matériel qu’affectif…). Aller contre la volonté du Père, c’est aussi mentir, bien sur en soutenant ce qui est faux, mais aussi en cachant ou déformant le vrai. Pire encore, c’est dire quelque chose de vrai, mais qui blesse volontairement ! Tout cela, nous le savons déjà ! Mais ce qui nous échappe souvent, c’est la fausseté de notre « position de vie », quand nous nous posons en « victime » ou en « sauveteur », en pleine illusion. a Etre en vérité, c’est, au contraire, renoncer à ces illusions, reconnaître que chacun de nous est merveille de Dieu…mais aussi pécheur…que Dieu veut sauver par sa Miséricorde !
    5. Oui, Seigneur ESPRIT SAINT, aujourd’hui, nous ne voulons pas seulement crier vers Toi « viens, viens.. » (car tu es déjà là !), mais te supplier de nous défendre contre toutes ces tentations du monde…et contre nous-mêmes si besoin.

    Michel  ANDRE, diacre   jeannemichel.andre@gmail.com

    BLOG  http://puzzlebndieu777.over-blog.com