Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

BRELEVENEZ - LANNION - Page 12

  • DOUZIÈME  DIMANCHE  ORD A     21 juin 2020  

               

                    Jr 20, 10-13  Ps 68  Rm 5, 12-15  Mt 10, 26-33

     

                     SOYEZ  SANS  CRAINTE…ET  EN VÉRITÉ

     

     

    FIL  DIRECTEUR

     

    Inutile, nous affirme Jésus avec force, d'essayer d'empêcher la Vérité d'éclater au grand jour. Envers et contre tous, contre toutes nos précautions pour la camoufler, cette Vérité s'imposera un jour ou l'autre. Dés lors, pourquoi craindre les hommes, nous dit-il, sachant bien que, le plus souvent, ce n'est pas la Vérité qu'ils servent mais plutôt les apparences, voir même l'erreur ou le mensonge. Si Jésus nous enjoint d'agir en vérité, de proclamer tout haut ce qu'il a enseigné discrètement à ses disciples, c'est qu'il connaît notre réticence ou même notre peur à témoigner hardiment pour la Vérité!

    De fait, le risque sera toujours très gros, celui d'être "tué dans son corps"…mais jamais dans cette âme et cet esprit qui, en nous, seront toujours sous la protection de Dieu!

     

    PRINCIPAUX  POINTS

    1. Dans nos relations avec Dieu, avec les autres…et même avec nous-mêmes, il est exact que nous ne sommes pas toujours en vérité…loin de là et souvent sans même nous en rendre compte!
    2. Souvent, nous ne disons pas tout, "oubliant", même parfois le principal, sous prétexte de son peu d'importance.
    3. Plus grave, nous affirmons aussi, parfois, ce qui est loin d'être prouvé, ou pire, ce qui est inexact ou même faux (les "pieux mensonges", par exemple, qui sont autant d’entorses à la vérité et dont les conséquences peuvent être très mauvaises). A l'opposé, cacher la vérité à quelqu’un, en le laissant ignorer ce qu’on devait lui apprendre, est un « mensonge par omission » ! 
    4. Pire encore, il nous arrive de proclamer haut et fort de beaux principes et, dans le concret, d'agir de façon opposée, avec des paroles, des attitudes, des actions en contradiction avec les principes qui nous guident normalement. Dans ce cas, il y a un manque de vérité quelque part ! Mais pourquoi toutes ces anomalies de comportement ?
    5. Jésus nous le dit clairement au verset 26 : "ne craignez pas…"! Car le motif de ces anomalies c'est la peur. Celle de passer pour ceci ou cela, celle d'être mal jugés, rabroués, rabaissés, maltraités…bref, d'avoir à souffrir. C'est une peur certes compréhensible chez des êtres comme nous, "pleins de faiblesses", mais cependant conscients de valoir "bien plus que tous les moineaux du monde". Nous savons par ailleurs, quelle compassion Jésus a pour notre faiblesse, Lui qui a demandé au Père que, si c'était possible, la souffrance de sa Passion s'éloigne de Lui! Seul l'Amour de Dieu peut nous délivrer de cette peur qui voudrait nous détourner de la Vérité, sans même souvent qu'on s'en aperçoive. Seul un Amour véritable peut nous faire prendre le risque de la souffrance qui résultera peut-être de la confiance accordée par nous à qui nous voulons aimer !
    6. Quoi qu'il en soit, nous devons retenir aujourd'hui que JESUS, qui est la VÉRITÉ, L E CHEMIN ET LA VIE, nous demande d'être, dans la CONFIANCE en son AMOUR, et donc les témoins de cet Amour devant le "monde"!

     

    Michel  ANDRE, diacre   jeannemichel.andre@gmail.com

     

    BLOG  http://puzzlebondieu777.over-blog.com

     

  • SOLENNITÉ  DU  CORPS  ET  DU  SANG  DU  CHRIST - Dimanche 14 Juin 2020

    Dt 8, 2-3. 14b- 16a  Ps 147  1 Co 10, 16-17  Jn 6, 51-58

    Réalité et conséquences de la présence réelle du Christ

     

     

    FIL CONDUCTEUR : Cette réalité défie les lois de la matière, mais elle entre parfaitement dans le Plan de Celui qui est Créateur de cette matière comme de tout ce qui existe. Il s’agit de la vérité de la pleine personne du Christ sous les apparences du pain et du vin, réalisée au cours de l’eucharistie.

    Cette « présence réelle » ne peut être reconnue que par la Foi et relève d’un mystère qui dépasse notre entendement ! Il y a là un triple but poursuivi par Dieu : - La réalisation du Salut de l’humanité par le sacrifice du Christ !

               -La concrétisation de ce Salut pour chaque homme, appelé à devenir un « homme nouveau » puisque le Christ demeure réellement en lui et lui dans le Christ.

               -Enfin, appeler chacun de nous à participer pleinement à l’eucharistie en offrant sa propre vie avec celle que son Sauveur offre lui-même à son Père au cours de ce sacrement !

    Ce triple but cadre bien avec le projet de Bonheur de Dieu pour toute l’humanité !

     

    PRINCIPAUX  POINTS :

    1. Pour faire un mémorial de l’offrande de sa vie lors de la dernière Cène et cela jusqu’à la fin des temps il fallait au Seigneur Jésus être réellement présent sous une apparence permettant d’être en plusieurs lieux et en plusieurs temps avec ses fidèles de toutes les générations humaines.
    2. C’était et cela reste, pour chaque fidèle, la possibilité de s’offrir lui-même et d’accueillir Jésus réellement par la communion. Cet accueil n’est pas de quelques instant seulement, car le Seigneur Jésus a bien précisé : « Celui qui mange ma chaire et boit mon sang, je demeure en lui et lui en moi » (Jn 6, 56)…alors même que la « présence réelle » ne dure qu’autant que persistent les apparences du pain et du vin.
    3. Il y a en effet dans la présence du Christ en nous un puissant pouvoir de transformation, comme celui évoqué en l’Apocalypse (chap 3 verset 20), promettant une « installation » du Sauveur en celui qui lui ouvre quand il  frappe à la porte.
    4. C’est pourquoi il nous faut « veiller » dans cette attente de serviteur vis-à-vis du Maître. De même, il est une condition indispensable pour participer pleinement à l’eucharistie ! C’est celle demandée par Jésus à ses disciples avant la dernière Cène du Jeudi saint : l’acceptation de se laisser laver les pieds et la nécessité de nous laver les pieds les uns les autres, dans une réelle humilité. Cette attitude, elle doit s’exprimer lors de notre prière « pénitentielle » au début de chaque eucharistie.
    5. Faute de cela, nous pourrions tomber dans une vision « magique » et restrictive de l’eucharistie, sans comprendre le pourquoi de cette merveilleuse présence réelle du corps et du sang du Christ avec toutes ses conséquences ! Comme on le constate, il y a là- dedans la « part de Dieu » et « la part des hommes », fruit de la Nouvelle et éternelle Alliance dans le sang du Christ !

     

    NB Si l’on célèbre la « Fête des pères », déplacée comme celle des mères ...on peut souligner que cette Alliance nouvelle entre Dieu et les hommes  évoque celle entre la Paternité de Dieu et la paternité des hommes, convergeant vers un même but :le BONHEUR par l’AMOUR !

     

    Michel  ANDRE, diacre  jeannemichel.andre@gmail.com

    Blog http://puzzlebondieu777.over-blog.com